Ce 3e opus de la saga « Dark Souls » n’a rien à envié à ces prédécesseurs, ce serait même l’inverse. Miyazaki n’a pas chômé pour ce dernier épisode de la série et a réussi à sublimer une nouvelle fois de façon spectaculaire l’univers cruel de Dark Souls.

Tout d’abord l’univers et les décors restent dans l’ambiance dark-fantasy / horreur avec des monstres informes, des paysages perturbant mais non moins bluffant. Certains point de vue du jeu permettent une vue d’ensemble du royaume de Lothric dans lequel vous évoluerez et combattrez. L’ensemble des paysages est vraiment grandiose et varié mais, si on regarde dans le détail, la création de personnage n’a pas vraiment subi de modifications sur cet aspect. Après, la plupart d’entre nous vont s’équiper d’une armure et non pas se balader à poil, donc même si certains y attache de l’importance, ce n’est pas vraiment un point sur lequel il faut s’attarder.

Le gameplay a évolué drastiquement depuis le DKS 2 : ce dernier opus est plus nerveux, plus rapide. Même si les touches ne changent pas, l’ajout des nouvelles compétences des armes permet d’avoir un panel de coup plus divers… et parfois plus dévastateurs qui vous permettront de sortir de situations délicates (comme une charge de bouclier à travers les rangs ennemis). Les monstres ne sont pas aussi lents que dans DKS 2, le coup de bouclier au dernier moment pour réaliser un contre critique reste une opération très délicate à réaliser sur certains types de créatures.

La difficulté n’a pas changé : le jeu reste frustrant, vous allez mourir encore et encore jusqu’à connaître vos adversaires sur le bout des doigts. Seul point négatif : le système de visé. Même si la visée manuelle reste correcte, le « lock on » ou ciblage automatique d’une cible s’enlève si vous visez un ennemis qui n’a pas encore senti votre présence devient subitement agressif. Ce qui n’encourage pas les classes des mages dans Dark Souls 3. Les Boss sont un point phare de DKS 3.

Chaque boss possède diverses capacités mais elles se déclenchent aléatoirement. Donc si à un certain pourcentage de sa vie, le boss utilise une nouvelle capacité et que vous mourrez, il n’est pas obligatoire qu’il l’a réutilise même si vous parvenez à l’abattre. De plus, la nouvelle nervosité du jeu rendra chaque combat épique et la roulade sera votre plus fidèle amie pour esquiver les attaques mortelles et dévastatrices des boss.

Notons au passage que le premier boss du jeu se situe juste après le « didacticiel » soit environ à 7 min de jeu, histoire de nous rappeler dans quel monde on évolue.

De manière général, si vous aimez la difficulté, l’ambiance dark-fantasy et que vous recherchez de l’adrénaline face à des boss épiques ce jeu est fait pour vous ! Même s’il reste de nombreux points et autres bugs à régler, ce dernier opus de la saga Dark Souls est un petit bijou qui mérite largement sa place dans votre bibliothèque Steam, ou sur votre étagère avec son boitier de jeu pour les puristes !

 

NOTE : 18 / 20

 

Critique By Théo Corneloup.

Toi aussi, écris un compte rendu sur le thème de ton choix, et envoie le à La GeekInforever Team !
Peu être verra tu ton article sur notre site… ;D

Publicités