Compte rendu JAPAN TOUCH HARU La Japan Touch se décline en un nouveau festival printanier, les 12 & 13 avril 2014 au Double Mixte de Villeurbanne

La 15e édition du festival Japan Touch qui se déroulait l’automne dernier à Eurexpo, Lyon  a eu énormément de succès. De ce fait, l’association Asiexpo organise une nouvelle convention, La Japan Touch Haru. C’est certes la déclinaison printanière de la Japan Touch, mais est sous-titré, « Festival Geek et manga » !

Geeeeeek  quoi !
La Japan Touch Haru rassemble beaucoup d’univers geeks en un même festival :
•  Le Japon, élément majeur du salon. 

  • Internet et sa cyberculture.
  • Les mondes fantastiques médiévaux, steampunk, cyberpunk.
  • Un espace dédié à la robotique.

 

Une Japan Haru Connectée
La Japan Touch Haru fait fort, c’est la première convention à utiliser les technologies pour devenir le premier festival je cite « hyperconnecté ». Comme par exemple, une application pour informer les visiteurs de la programmation et des événements à ne pas rater. Une  cabine  photos/vidéos  connectée  permettra également à ceux qui le souhaitent de mettre leurs clichés directement en ligne sur les réseaux sociaux.

 

Il y a une conférence en particulier qui a  retenu mon attention. Elle se déroulait le dimanche 13 avril de 13h30 à 14h30 : Du pixel à la réalité, conférence sur le costume.

Les intervenants, tous plus passionnés les uns que les autres par le cosplay, (contraction de Costume Player –  qui ne signifie rien en Français, mais qui prend tout son sens en Anglais –  au sens théâtral du terme, mais aussi en son sens simplement ludique) ont animé une conférence sur le sujet.
En effet pour eux, il ne s’agit pas d’organiser des après-midi costumés. Il faut aussi incarner le personnage sur scène, ou dans les allées des conventions. Pas seulement se déguiser, incarner est le mot juste, entrer dans la peau du personnage, apprendre ses mimiques, ses phrases etc… Entrer en lui ! (NON bandes de pervers pas ce sens-là !)

Fait très intéressant que nous avons pu remarquer ; entre les néo-adeptes et les puristes du cosplay, la pratique française est particulière : pas de véritable cosplayer sans fabrication artisanale du costume ! Et oui, les Français aiment faire de leurs mains les cosplays qui leurs plaisent.
Comme tout phénomène culturel, le cosplay se différencie selon les régions où il prend racine. En France, cette spécificité est de fabriquer soi-même son costume.  Allez savoir pourquoi…
Autre fait marquant du cosplay : l’âge de certains de ses participants. Il ne s’agit pas seulement d’adolescent de moins de 25 ans. On trouve facilement en convention des enfants d’Ulysse 31, Goldorak et Capitaine Flam, âgés de 40 à 50ans.

 

  Le cosplay sous ses aspects étranges ne fait donc que marquer le retour en force de ce « vivre ensemble ». Cet art unifie et rapproche les gens dans une seule et même passion.

 

Alors, si j’ose dire : Cosplayez vous !

Kith-GeekInfo

Publicités